TROMPÉS

DANS LA SERRE CHAUDE

TROISIÈME ÉDITION

Résistez les fausses solutions aux changements climatiques

Glossaire

ccaparemment des terres – Un processus par lequel de grandes étendues de terre sont utilisées pour des produits destinés à l’exportation, ce qui amplifie les controverses en matière de droits fonciers, d’inégalité et de pénurie alimentaire, surtout dans les pays du Sud.

Biocarburant – Ces carburants produits à partir de la biomasse, y compris l’éthanol de maïs et de la cane à sucre, le biodiesel à base d’huile de soja et du palmier à l’huile, et une foule d’autres qui sont maintenant utilisés à grande échelle, ce qui cause encore plus d’appropriation des terres et qui crée un lien désastreux entre les marchés pour les récoltes alimentaires commerciales et les marchés de carburant.

Biocharbon – Le biocharbon est du charbon produit par la pyrolyse de la biomasse. Ce biocharbon, qui est surtout composé de carbone, est ensuite enfoui dans les sols. Les promoteurs prétendent que cela séquestre des émissions de carbone, mais la pratique n’aborde pas les impacts de la déforestation et de la coupe du bois pour produire de la biomasse, ni les émissions toxiques provenant du processus de la pyrolyse.

Biodiesel – Un carburant combustible créé à partir de cultures provenant du sol, telles que le soja et le fruit du palmier à l’huile.

Bioénergie – Une expression pour l’énergie produite à partir de la combustion de matières végétales et animales (voir Biomasse et Biocarburant).

Bioénergie avec captage et stockage du carbone (BECCS) – La BECCS (acronyme officiel international pour « Bioenergy with carbon capture and storage ») consiste à brûler de la biomasse et ensuite en capter les émissions de carbone pour l’injecter dans des réservoirs géologiques. La biomasse nécessaire pour intensifier la BECCS exigerait de grandes quantités de terres.

Biomasse – Une expression pour les matériaux qui peuvent être brûlés pour de l’énergie et comprend un peu de tout, des déchêts jusqu’aux arbres, des déchets de la construction et de la démolition, de la liqueur noire (crasse toxique des usines de papier), des graminées, des résidus agricoles, des déchets de volailles et plus encore ; mais cela implique de brûler des arbres ou de brûler du bois, ainsi que les déchets des papeteries et des scieries pour chauffer ces usines.

Camps d’hommes – L’industrie des combustibles fossiles embauche surtout des hommes qui déménagent de site en site et qui vivent près des sites de travail dans des camps d’hommes, dont plusieurs sont situés près de terres autochtones où les niveaux de traite, de violence et de meurtre de femmes autochtones continuent sans contrôle par les autorités locales et fédérales.

Captage et stockage/séquestration du carbone (CSC) – Le dioxyde de carbone est collecté à partir des cheminées industrielles, ensuite comprimé dans un liquide et transporté par pipeline vers un site où il peut être pompé sous terre dans des réservoirs de pétrole et de gaz, dans des aquifères salins ou en-dessous de l’océan. Il n’y a aucune garantie que le dioxyde va demeurer sous terre.

Captage, utilisation et stockage du carbone (CUSC) – Le CCUS est une technologie non éprouvée qui utilise du dioxyde de carbone capté pour fabriquer des produits. Bien que les émissions puissent

être temporairement isolées, elles seraient probablement relâchées de nouveau dans l’environnement quand ces produits sont brûlés ou qu’ils se décomposent.

Chaine de combustible nucléaire/uranium – La séquence d’étapes impliquées dans la production de combustible nucléaire, ainsi que le stockage, la gestion et l’évacuation de combustible irradié et autres déchets radioactifs.

Cibles de zéro émission (ou nette zéro) – Nette zéro est une expression trompeuse qui utilise des programmes de compensation pour permettre à une entreprise, un gouvernement ou une autre entité de soustraire ses émissions totales pour égaler « zéro ». En d’autres mots : Émissions totales moins (-) compensation = zéro émission. Les grandes sociétés peuvent prétendre qu’elles ont zéro émission tout en continuant à pollluer.

Combustibles dérivés des déchets (CDD) – Une variation sur l’incinération qui implique de retirer le verre et les métaux qui ne brûlent pas et transformer les matériaux combustibles (surtout le papier et les plastiques) en boulettes qui sont soit brûlées dans un incinérateur normal ou vendues comme combustibles pour les fours de cimenterie ou les centrales au charbon.

Compensations volontaires – Les crédits compensatoires ne sont pas soumis aux réglementations gouvernementales et que n’importe-quel pollueur ou individu peut acheter pour supposément compenser pour leurs émissions de gaz à effet de serre.

Connaissances traditionnelles autochtones – Un ensemble cumulatif de connaissances, de croyances, de traditions et de pratiques conservées par les peuples autochtones et développées par\

des antécédents d’apprentissage sur comment vivre en harmonie, en équilibre et en réciprocité avec la Terre et les environnements locaux.

Consentement libre, préalable et éclairé (CLPÉ) : Inscrit dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA), le CLPÉ vise à établir une participation de la base, de la transparence et le consentement des populations autochtones avant d’entamer le développement ou l’utilisation des ressources au sein du territoire des populations autochtones.

Conversion des gaz d’enfouissement en énergie (CGEÉ) – Les sites d’enfouissement produisent du méthane et du dioxyde de carbone, ainsi qu’une grande variété d’autres émissions toxiques qui sont brûlés pour générer de la chaleur ou de l’électricité.

Crédits compensatoires pour le carbone – Les pollueurs, les individus et les états peuvent acheter des crédits compensatoires supposément pour compenser pour les émissions qu’ils produisent. Les crédits compensatoires sont générés à partir de projets qui prétendent douteusement de réduire les émissions et il a été documenté qu’ils causent souvent des dommages aux communautés locales.

Crédits d’énergie renouvelable (CÉR) – Un crédit d’énergie renouvelable est un certificat négociable correspondant aux attributs environnementaux de l’énergie produite à partir de sources renouvelables. Censé couvrir la prime (le coût additionnel) de générer de l’énergie renouvelable (lorsque l’énergie renouvelable était plus dispendieuse), les CÉR peuvent être achetés par des individus et des institutions qui veulent prétendre qu’ils peuvent utiliser de l’énergie propre, mais la plupart sont achetés et vendus par les installations électriques pour répondre aux exigences des mandats de l’État pour de l’énergie renouvelable, souvent appelées « normes de portefeuilles renouvelables ».

Déchets radioactifs – Un type de déchet qui est généré le long de la chaine de combustible nucléaire et par la production d’armes nucléaires. Ces déchets peuvent être composés de douzaines de différents radioisotopes, avec une variété d’impacts biologiques, ciblant différents organes, tissus et fonctions biologiques.

Décolonisation – Le processus de démanteler le colonialisme avec des objectifs « d’autogestion » et « d’autodétermination » et qui implique normalement d’annuler la culture, la vision du monde et les pratiques économiques eurocentriques, tout en exaltant les pratiques fondées sur les connaissances traditionnelles autochtones.

Démocratie énergétique -Une approche pour bâtir une durabilité énergétique qui cherche à transférer des mains de « l’Establishment de l’énergie » la propriété et la gouvernance des ressources énergétiques au public et aux communautés, habilitant les travailleurs, les communautés à faible revenu et les communautés de couleur à contrôler et profiter de leurs systèmes énergétiques.

 

Doctrine de la découverte – La doctrine de la découverte est un principe du droit international qui remonte au 15ième siècle et qui établissait une justification spirituelle, politique et légale pour la colonisation europénne, la confiscation des terres et la violence faite aux peuples autochtones par les chrétiens européens. La doctrine est encore utilisée pour invalider la souveraineté des autochtones et les droits issus des traités en faveur des gouvernements modernes coloniaux/impériaux.

Droits juridiques pour les rivières – Protections juridiques accordées aux rivières dans le cadre du mouvement mondial des Droits de la nature qui reconnait les rivières en tant qu’entités vivantes qui méritent des droits. De tels efforts visent à protéger les rivières, ainsi que les communautés biologiques et humaines qui dépendent sur elles contre les menaces comme le développement hydroélectrique.

Écoblanchiment – Cela comprend toutes les tentatives par les sociétés polluantes ou autres entités d’utiliser des modifications cosmétiques ou des relations publiques pour camoufler les dommages causés par leurs opérations et paraître écologiquement responsable.

Économie régénérative – Un système économique fondé sur la restauration écologique, la résilience communautaire, l’équité sociale et les processus participatoires. Il exige une relocalisation et une démocratisation de la façon dont nous produisons, consommons et partageons, et il s’assure que nous avons tous accès à des aliments sains, de l’énergie propre, de l’air sain, de l’eau propre, de bons emplois et à des milieux de vie sains.

Enrichissement de l’uranium – Un processus très intensif en énergie utilisé pour augmenter la concentration de l’uranium-235 (U-235) pour l’utiliser comme combustible nucléaire ou pour des armes nucléaires. L’U-235 est composé de seulement 0.7 % d’uranium dans la plupart des gisements miniers. Comme combustible dans la plupart des réacteurs, la concentration d’U-235 doit être de 3,5-4,5 %. Afin de l’utiliser dans les armes nucléaires, il doit être enrichi à 90 % d’U-235.

Exploitation intensive d’engraissement du bétail (CAFO) – Les CAFO – (Acronyme officiel de la EPA américaine pour « Concentrated Animal Feeding Operation ») sont des aires où le bétail est élevé à l’intérieur de structures de confinement dans des conditions surpeuplées et inhumaines. Les CAFO ont pris de l’ampleur depuis les années 1990, affectant ainsi le traitement équitable des animaux, endettant les fermiers et enfreignant les lois antitrust et aussi les lois qui protègent l’eau et l’air.

Extraction directe dans l’air (EDA) – EDA est une technique essentiellement théorique pour retirer le dioxyde de carbone directement de l’atmosphère en utilisant des moyens chimiques et mécaniques.

Fertilisation en fer des océans – Décharger des particules de fer dans de grandes sections de l’océan pour stimuler la prolifération du plancton, ce qui est supposé augmenter le montant de dioxyde de carbone que les océans peuvent absorber.

Fracturation hydraulique (ou fracturation) – Une technique par laquelle un mélange toxique d’eau, de sable et de produits chimiques est pompé sous pression dans la terre dans le but d’extraire du pétrole et du gaz.

Fusion du coeur d’un réacteur nucléaire – Un désastre impliquant une perte de liquide de refroidissement du combustible d’un réacteur dans une centrale nucléaire. Les barres de combustible chauffent au delà de leur point de fusion, ce qui peut causer des explosions par la productioni de gaz d’hydrogène, y compris la libération de radiations dans l’atmosphère.

Gaz naturel liquéfié (GNL) – Pour en faciliter le transport, le gaz naturel est comprimé en un format liquide très volatile.

Géoingénierie – Un ensemble de technologies proposées de sorte à intervenir délibérément et altérer les systèmes de la Terre à une méga-échelle. Il s’agit d’une tentative possiblement catastrophique de manipuler le climat afin de renverser certains des effets des changements climatiques.

Gestion des radiations solaires (GRS) – Techniques qui tentent de refléter la lumière solaire vers l’espace afin de masquer temmporairement les effets des changements climatiques. Parmi les propositions : installer des mirroirs dans l’orbite terrestre ; injecter des sulfates dans la stratosphère ; et, modifier les nuages, les plantes ou la glace pour refléter plus de lumière solaire.

Hydroélectricité – Électricité générée en utilisant le débit d’eau. Les mécanismes pour générer de l’hydroélectricité impliquent la construction de barrages et autres moyens d’altérer les cours d’eau. De telles méthodes perturbent les systèmes écologiques, elles endommagent et déplacent des communautés de leurs terres et causent d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

Hydrogène – L’hydrogène est de plus en plus promu comme source d’énergie propre. Cependant, la plupart de l’hydrogène est produit en utilisant du gaz naturel ou autres sources d’énergie polluantes. Il peut seulement être utilisé pour le stockage d’énergie et prend de gros montants d’énergie pour le produire.

Injection d’aérosols dans la stratosphère (IAS) – Lancer des particules dans la stratosphèe pour imiter les effets d’une éruption volcanique, ce empêcherait ensuite une partie du rayonnement solaire d’atteindre la Terre ; le but étant de masquer temporairement les effets des changements climatiques en tentant de baisser la température.

Justice climatique – La justice climatique met l’accent sur les causes profondes de la crise climatique par l’entremise d’une lentille intersectionnelle de racisme, de classisme, de misogynie et de dommages environnementaux. Les organisateurs en matière de justice climatique désservent les communautés sur les premières lignes des changements climatiques, oeuvrant pour créer des solutions et des stratégies holistiques afin d’aborder de telles causes fondamentales et assurer le droit de tout le monde de vivre, d’apprendre, de travailler, de jouer et de prier dans des milieux sécuritaires, sains et propres.

Méthylmercure – Une forme de mercure liposoluble bioaccumulable (qui remonte le long de la chaine alimentaire, qui se concentre dans la viande et les produits laitiers que les gens consomment, ainsi que dans le lait humain). Il se forme quand le mercure est dans des milieux

humides, où les microbres peuvent le convertir en cette forme, tel que dans les sites d’enfouissement et les terres inondées par des barrages hydroélectriques.

Néolibéralisme – Une grande variété de réformes politiques induites par le marché, telles qu’éliminer le contrôle des prix, la déréglementation des marchés, surtout par la privatisation et l’austérité, l’influence de l’État dans l’économie.

Pile à combustible – Un appareil utilisé pour générer de l’électricité à partir de l’hydrogène qui utilise un catalyseur afin d’accélérer une réaction chimique entre l’hydrogène et l’oxygène pour faire de l’électricité et de la chaleur pendant que l’hydrogène et l’oxygène deviennent de l’eau.

Plafonnement et échange – Une législation qui établit un « plafond » ou une limite à l’échelle d’une juridiction, tout en permettant aux grandes sociétés d’épargner de l’argent en échangeant des réductions d’émissions (utilisant des allocations/permis) entre elles partout où elles peuvent être faites le moins cher possible. Tous les programmes de plafonnement et échange comprennent également les crédits compensatoires.

Principe de précaution – Une approche qui prescrit que si aucune nouvelle innovation, technologie ou pratique a le potentiel de causer une préjudice grave au public ou à l’environnement, des mesures protectives devraient être prises pour prévenir les dommages avant que la certitude sociale et scientifique à propos du risque soit assurée.

Récupération améliorée du pétrole (RAP) – Le captage et le stockage du carbone (CSC) fut développé plus de 40 ans passés pour usage dans la RAP, une pratique par laquelle les sociétés de pétrole pompent du dioxyde de carbone dans des vieux puits de pétrole presqu’épuisés pour qu’ils continuent à produire. Aux États-Unis, les sociétés obtiennent de gros allègements fiscaux et des subventions pour développer l’infrastructure de la RAP et pour utiliser le dioxyde de carbone pour l’extraction RAP.

Réductionisme du carbone – La pratique d’examiner, d’expliquer et de simplifier un enjeu complexe, tel que les changements climatiques, en mettant seulement l’accent sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre (ou dioxyde de carbone), au point de minimiser, d’obscurer et de fausser la capacité de comprendre et de lutter de manière efficace contre cette crise écologique et ses facteurs systémiques.

Solutions fondées sur la nature – Un nouveau mot à la mode pour les crédits de carbone terrestres (agriculture, sols, et entre autres, le gaz des fermes industrielles, les arbres, etc.).

Souveraineté alimentaire – La souveraineté alimentaire est le droit de tous les peuples de partager des aliments sains et culturellement adaptés produits par des méthodes durables

et écologiques, et leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles. Cela met le savoir, les aspirations et les besoins de ceux qui chassent, qui pêchent, qui cueillent, qui produisent et qui consomment de la nourriture au centre des systèmes et des politiques alimentaires au lieu des demandes des marchés et des grandes sociétés.

Tarification du carbone – Un terme générique qui comprend une multitude de programmes qui accordent une valeur monétaire aux unités de pollution. Ces programmes incluent les systèmes de plafonnement et d’échange de droits d’émission, les crédits compensatoires pour le carbone, REDD+, les solutions fondées sur la nature, le captage du carbone, les taxes et dividendes sur le carbone, référence et crédit, référence et compensation, ainsi de suite.

Taxe carbone – Un frais imposé aux pollueurs pour les émissions qu’ils produisent. Fait important, les taxes carbones ne gardent pas les combustibles fossiles dans la terre. Les taxes et dividendes sont la même chose qu’une taxe carbone, mais les promoteurs promettent que les recettes seront payées aux communautés locales, soit directement ou par l’entremise de « prestations » gouvernementales.

Transition équitable – La transition équitable est un cadre de principes, de stratégies et de pratiques qui éloignent la société des économies polluantes et extractives en faveur des économies locales, saines, bienveillantes et de partage. La transition équitable centre le leadership des communautés et des travailleurs de première ligne, travaillant ensemble pour envisager, organiser et bâtir ces nouvelles économies, alignées avec les écosystèmes locaux et les besoins de ceux les plus endommagés.

Uranium appauvri – Le sous-produit de l’enrichissement de l’uranium. On dit qu’il est « appauvri » parce qu’il des concentrations plus faibles d’uranium-235, mais il est tout de même radioactif.

Valorisation des déchets – Une expression en relations publiques créées par les groupes de pression de l’industrie des incinérateurs afin de promouvoir les incinérateurs à déchets qui produisent de l’électricité.

Zéro déchet – La conservation de toutes les ressources par des moyens responsables de production, de consommation, de réutilisation et de récupération de produits, d’emballage et de matériaux sans les brûler et sans décharges dans la terre, l’eau ou l’air qui menacent l’environnement ou la santé humaine.

×
×

Cart